Image by FlamingText.com 

Étienne Marchand (1704-1774)

Prêtre né et décédé à Québec, Étienne Marchand écrit deux poèmes mémorables : le poème héroïco-comique sur les «troubles de l'Église au Canada en 1728» et le fameux «Carillon de la Nouvelle France» (1758).

 

LE CARILLON DE LA NOUVELLE FRANCE (extrait)

 

Messieurs, quand nous avons appris

Vos pompeuses approches,

Il est vrai, nous n'avons pas pris

De flambeaux, ni de torches;

Mais pour bien mieux vous honorer,

D'abord nous avons fait sonner

Le carillon (bis) de la Nouvelle-France.

 

On dit que le cérémonial

Vous parut incommode;

C'est Vaudreuil notre général,

Qui l'a mis à la mode;

Car dès qu'on voit de vos soldats,

Il veut qu'on sonne à tour de bras

Le carillon (bis) de la Nouvelle-France.

 

Vous vous plaignez que tous nos airs,

Vous écorchent l'oreille,

Cependant ces brillants concerts,

S'accordent à merveille;

Montcalm en marque les accents,

Et ses troupes les contre-temps

Du carillon (bis) de la Nouvelle-France.

 

Vous espériez dans notre fort,

Manger une salade;

Nous vous avons servi d'abord

Une fine poivrade,

Vous la trouviez d'un si haut goût,

Que vous n'entendiez plus les coups

Du carillon (bis) de la Nouvelle-France.

 

Jeanne d'Arc Lortie et coll., Les textes poétiques du Canada Français, Tome 1, Montréal, Fides, 1987, p. 184-185.




Cool Text: Logo and Graphics Generator